Traditions Pêche
Venez nous rejoindre et partager notre passion en vous inscrivant, ici !



Le site et forum de toutes les pêches.
 
SiteForumAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rockfishing au Far-West

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cypri07
Silure
Silure
avatar

Nombre de messages : 7002
Age : 16
Localisation : Ardèche
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Rockfishing au Far-West   Mer 19 Juil 2017 - 10:13

Grâce à mon ami Loïs, j’ai pu partir pendant quelques jours au bord de la mer. Il va de soi que nous ne sommes pas là pour la baignade ou la bronzette, mais bien pour le rockfishing !



Le jour même de notre arrivée, nous prenons la direction du port pour nous faire la main. Loïs commence bien et enchaîne les gobies.



Quant à moi, je suis toujours capot. Mais je ne l’ai pas été bien longtemps ! Alors que nous pêchions à l’aplomb d’un ponton, un sévereau en est sorti au moment ou je sortais mon petit Aji Ringer Shad de l’eau et a fait un jump de 30cm au dessus de la surface pour essayer de l’attraper ! Je n’avais jamais vu ça ! Pourtant, même pendant les combats ces poissons ne font pas de chandelles. Bon, malheureusement, il ne s’est pas piqué; mais je me rattrape vite avec un autre qui a attrapé le leurre alors que celui-ci n’était qu’à quelques centimètres de la surface. Et c’est une nouveau record personnel avec 34cm.



Une fois la nuit tombée, nous nous concentrons sur les sévereaux car nous ne parvenons pas à faire de rascasses. J’en tape un sur un Rockvibe Shad 3″ qui m’a gratifié d’un combat monumental. Ces poissons sont très vifs et sondent à la manière de petits thons, c’est un régal sur ma Yasei en 1-10g. De plus, mon record tombe à nouveau et passe à 36cm !



C’est le dernier poisson du premier jour.

Le lendemain matin, nous retournons au port où je fais très vite et à ma grande surprise, un petit loup ! Mon premier.



Il y a en fait un banc et Loïs sort également le sien, son premier aussi ! Un doublé pour une espèce que nous n’avons jamais prise auparavant, nous sommes contents de ce début de session !



Après quoi, nous entendons un « bonjour » prononcé de manière très rude à côté de nous. Nous nous retournons et voyons un quinquagénaire grisonnant nous regardant tel un chien de garde. Nous avons à peine le temps de marmonner un « bonjour » que celui-ci nous envoie pêcher ailleurs… Nous ne faisons pas d’histoires et partons.

Un peu plus tard, je tape un sar à la verticale. Une espèce que je n’avais jamais faite aux leurres mais qui a succombé à l’Aji Ringer. Ce poisson, à l’image des autres sparidés, livre également de très belles batailles.





C’est ensuite au tour de Loïs de prendre un autre petit loup…



…suivi d’une nouvelle espèce que je n’avais encore jamais vue : un chapon !



Un poisson magnifique que beaucoup pourraient confondre avec une rascasse mais qui est plus rouge et possède une tête un peu plus allongée en plus d’être davantage venimeux. En effet, en le décrochant avec une pince, je me suis à peine rentré la grande épine dorsale dans l’index et il a de suite enflé et est devenu tout blanc. Cela me rappelle un ->douloureux souvenir d’une confrontation avec une rascasse<-… Mais il n’y a pas eu de complication, heureusement que l’épine n’est pas rentrée profondément.



Le responsable de la capture de toutes les prises de Loïs est le TailGunR de chez Biwaa, un shad dont j’ai récemment fait l’acquisition.

Par la suite, un type avec un joli polo blanc avec marqué « capitainerie » déboule de nulle part et nous adresse un mot que nous haïrons durant tout le séjour : « bonjour ! » Poliment, il nous explique que la pêche est interdite dans le port. Du coup nous sommes rentrés chercher des matelas gonflables pour aller nous baigner à la plage… non j’déconne, nous l’avons totalement ignoré et sommes partis dans une direction opposée. lol!

L’après-midi, il nous a pris une folie : nous avons décidé de pêcher au pain. Pourquoi ? Allez savoir… Nous commençons en drop-shot pour nous échauffer. Les résultats sont rapides.

Je fais une jolie saupe. Ces poissons mettent des combats absolument énormes !



S’ensuivent quelques sparaillons. Ils sont la cause de nombreux leurres souples coupés ces petits goinfres…



Je parviens aussi à faire un petit mulet avant de casser au ferrage sur un de 40cm environ.



Un peu plus tard, nous décidons de tenter en surface. Comme je n’ai pas de bulle d’eau pour pouvoir allonger les distances de lancer, j’ai l’idée d’utiliser un stickbait. Et ça marche ! Après avoir amorcé, un banc de saupes fait irruption et claque la surface de l’eau pour attraper les bouts de pain. J’en ferre une énorme qui casse au bout de quelques secondes de combat. Les saupes sont beaucoup trop puissantes pour mon 20/100. Loïs aussi se fait casser, décidément, nous avons sous-estimé notre adversaire.

Bon, la pêche au pain, c’est bien cool, mais nous en avons marre de nous faire éclater alors nous partons en direction d’enrochements car la soirée arrive et il est possible que nous fassions quelques rascasses.

Nous commençons par des gobies.







Loïs attrape ensuite un autre poisson que je n’avais encore jamais vu : un petit mérou ! Ce type est bluffant ! Very Happy



Puis enfin, je prends ce que nous étions venus chercher ! Ce n’est pas trop tôt !



La nuit tombe alors et les rascasses s’activent un peu. J’en fais une microscopique puis une pas très grosse.



Et c’est encore Loïs qui régale en prenant un beau fish de 17cm !



Peu après, nous voyons s’approcher un petit Zodiac rouge. Un sapeur pompier en descend et prononce ce maudit « bonjour » que nous commençons à connaître… La suite, vous l’aurez deviné, on s’est fait virer… des vrais cow-boys les types ici ! (vous commencez à comprendre le titre de l’article ? Razz ) Mais nous n’arrêtons pas la pêche pour autant ! Nous retournons sur notre hot-spot à pêche au pain où Loïs (encore lui), se fait plaisir sur un gros mulet de 48cm à la bulle d’eau ! Bravo l’artiste ! Wink





Incontestablement, ce deuxième jour fût le meilleur !

Le troisième, en revanche a été beaucoup moins productif. Le spot de pêche au pain de donne rien et nous ne faisons pas grand chose ailleurs excepté quelques petites saupes et mulets.



Mais également un petit gobie, toujours au pain. Comme quoi, ça bouffe vraiment de tout ces poissons !



Nous décidons de tenter quelques digues côté mer. Sans succès. Nous essayons alors de pêcher une baie à l’abri du vent et des vagues, mais à peine avons nous commis l’imprudence de mettre un leurre à l’eau que deux cow-boys dans leur joli Zodiac rouge se précipitent plein gaz sur nous (efficaces les sauveteurs en mer !). Je me dis: « Merde, c’est pour nous ça… »; et en effet, nous les voyons faire une croix avec leurs bras et gueuler que la pêche est interdite dans la baie et qu’il faut aller côté mer. Je pense qu’il s’ennuyaient car ils n’avaient personne à sauver. Envoyer deux pêcheurs du côté où des vagues de 2 mètres de haut s’écrasent sur la roche est un bon moyen de leur assurer un peu de travail… En vrai, pour le coup, je n’ai toujours pas compris pourquoi on s’est fait virer ici.

Après un passage dans un magasin de pêche, nous avons tous les deux craqué sur un Jackson Artist FR70.



Nous partons l’essayer… dans la même baie, après s’être assurés qu’elle était bien déserte. Je prends le premier et seul poisson avec, un saran.



La nuit se pointe et nous nous dirigeons vers là où nous nous sommes faits jeter la veille. Les gobies sont tous dehors et nous les prenons les uns derrière les autres, notamment à l’Aji Ringer et au Power Isome, le leurre à rockfishing par excellence.





Mais la fête ne s’est pas éternisée. Au bout d’un petit moment, nous apercevons un cow-boy avec sa lampe torche et des bandes réfléchissantes sur son pantalon. Un nouveau « bonjour » à nous vriller les tympans vient encore une fois troubler le silence et nous nous sommes encore faits envoyer promener. Cette fois, nous ne partons pas, mais attendons tapis dans l’ombre que le type se barre. Une fois qu’il a fini son tour de garde, nous reprenons la pêche au même endroit et qui c’est qui arrive 10 minutes plus tard avec sa p*****n de lampe ? Le même cow-boy ! Sans réfléchir, nous partons en courant pour nous cacher dans les rochers d’une digue. Loïs a eu plus de chance que moi car il a trouvé un très joli trou pour se planquer. Quant à moi bah, je me suis fait choper… « Faut arrêter de nous prendre pour des cons les gars ! » qu’il a dit. Nous sortons donc de notre cache comme deux gosses ayant fait une connerie et qui vont se faire engueuler par leurs parents.

En fait le type était plutôt sympa et après avoir discuté un peu avec lui, il nous a avoué que si ça ne tenait qu’à lui, il nous aurait laissé pêcher. C’est mignon, mais du coup on fait comment maintenant qu’on est fliqués ? Eh bien le lendemain, nous allons au seul endroit du port ou nous ne nous sommes jamais fait apostropher par un cow-boy, juste histoire de faire quelques gobies supplémentaires.



Mais bon, ce n’est pas fou et comme nous ne pouvons nous risquer à aller sur nos meilleurs spots, nous tentons les digues côté mer. Je fais un petit sévereau que je n’ai pas réussi à photographier; ça n’arrête de bouger qu’une fois mort ce truc c’est très difficile à manipuler.

L’après-midi, nous changeons de type de pêche. Mais pouvons-nous vraiment appeler le fait de ramasser des bigorneaux de la pêche ? De la pêche à pied peut-être…



Le soir même, nous retournons au spot à bigorneaux, à savoir, une digue de la baie ou nous nous sommes fait jeter, pour terminer le séjour. Les rascasses ne daignant toujours pas se montrer, nous prenons (encore) des gobies.





Ainsi s’achèvent ces quelques jours à la mer. Avec un total de 11 espèces prises, nous somme assez satisfaits bien qu’une blennie, un crénilabre, serran-écriture voire même l’un des apogons que nous avons repérés auraient été les bienvenus.

Seul regret : les cow-boys. Pêcher avec l’impression de faire quelque chose de mal est dérangeant… on a l’impression d’être des trafiquants de drogue.

Enfin, sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés sur un petit lac en vue de faire quelques bass. Je ferai un petit article vite fait sur cette session rapide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pecheurdusud.wordpress.com/
tom30190
Truite
Truite
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 31
Localisation : GARD
Date d'inscription : 19/05/2015

MessageSujet: Re: Rockfishing au Far-West   Mer 19 Juil 2017 - 15:40

un seul mot a dire :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre 77
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 42
Localisation : 77... ?
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Rockfishing au Far-West   Mar 25 Juil 2017 - 14:23

Tu te diversifies!!!! Bravo!

_________________
Rien ne calme les passions comme la pêche à la ligne- divertissement philosophique que les sots ont tourné en ridicule comme tout ce qu'ils n'ont pas compris! (Théophile Gautier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Cypri07
Silure
Silure
avatar

Nombre de messages : 7002
Age : 16
Localisation : Ardèche
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Rockfishing au Far-West   Sam 29 Juil 2017 - 22:50

Alexandre 77 a écrit:
Tu te diversifies!!!! Bravo!
La pêche en rockfishing est une vraie pochette surprise ! C'est ça que j'aime, on peut prendre n'importe quoi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pecheurdusud.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rockfishing au Far-West   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rockfishing au Far-West
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Traditions Pêche :: Partie Pêche :: Vos récits de pêche-
Sauter vers: